Derniers Articles

Bonjour Balthus !

Bonjour !

Je suis très heureuse de vous annoncer la sortie du Tee-Shirt Balthus ! Je vous l’avais déjà montré ici et sur Instagram, c’est un modèle réalisé avec la trop peu connue Bourrette Chinée de La Droguerie, qui pourtant est très intéressante car produite à partir de fibres 100% recyclées, non teintes après recyclage. C’est donc un fil quasiment non polluant, qui fait économiser eau et électricité par rapport à un fil classique.

Pour la construction, je suis dans ma période 50 shades of saddle shoulders, j’en fais par tous les bouts. Pour Balthus on commence par tricoter les pattes d’épaules, puis on travaille le tee-shirt en topdown. C’est un modèle ample (j’ai du mal à porter du collé serré l’été) avec des manches légèrement ballon parce que les manches ballon on aime ça.

Les kits sont disponibles en cliquant ici ou sur la photo, je vous rappelle que le fil n’est pas teint après avoir été filé, c’est à dire que c’est en triant par couleur les fibres qui ont été réutilisées qu’on a obtenu les différentes nuances et le chiné et ça c’est quand même la classe.

J’ai un peu de rattrapage à faire sur les jeux du samedi ! En vrai j’en ai beaucoup puisque j’ai toujours un tiers du calendrier de l’Avent à écrire, mais cette année je rencontre quelques difficultés à tout concilier, je suis en retard sur tout et les semaines filent beaucoup trop vite.

Il y a 2 semaines ce n’était pas vraiment historique, c’était plutôt mignon puisqu’il fallait trouver le Poisson Chaussette ! Je suis tombée dessus par hasard au zoo avec les petits et j’ai tout de suite pensé à vous !

La semaine précédente je vous avais présenté une nappe tricotée très très fin datant du XVIIème siècle, originaire de Silésie (une région à cheval sur la Pologne, la République Tchèque et l’Allemagne). Il ne s’agit pas d’une nappe pour manger dessus, en fait elle était utilisée sur les tables de réunion de l’hôtel de Ville de Wroclaw. Au centre on peut voir le Christ et les armoiries de la ville et tout autour des cartouches ovales aux couleurs des conseillers régionaux indiquant leur place à la table. On retrouve ainsi les armes de 8 conseillers politiques, 11 magistrats et de 2 hauts membres du clergé et on peut dire que dans la catégorie plan de table ça a quand même de la gueule.

Le samedi d’avant, il fallait deviner que l’objet mystère était un affiquet. Et un affiquet c’est bien pratique pour couvrir les pointes des aiguilles quand on ne tricote pas pour éviter que le tricot ne se débine ! On pouvait se l’accrocher à la ceinture et piquer les pointes dedans et ainsi avoir les mains libres tout en gardant son ouvrage sur soi !

Cette semaine, c’est l’image du chef-d’oeuvre d’un postulant à la guilde des tricoteurs que je vous ai montrée.

Parce qu’à l’époque, tout le monde ne pouvait pas vivre du tricot ! Pour en faire sa profession, il fallait passer par de longs apprentissages : tout d’abord il fallait être un homme. Ensuite il fallait être accepté (et exploité) comme apprenti durant 3 ans chez un professionnel. A l’issue de ces 3 ans pouvait commencer le compagnonnage : pendant encore 3 ou 4 ans on voyageait de ville en ville, parfois à l’étranger, pour acquérir un savoir encyclopédique sur les fibres et les techniques. A la fin du compagnonnage on avait 13 semaines pour réaliser un assortiment de pièces tricotées et un chef d’oeuvre. Si les maîtres tricoteurs validaient les pièces réalisées, on devenait à son tour maître tricoteur. Les guildes ont été actives à partir du XIIIème siècle mais leur  importance à commencé à décroitre avec l’arrivée de la machine à tricoter pour s’éteindre au XVIIIème siècle.

Parlons de nos futurs maîtres tricoteurs à nous : merci de l’intérêt que vous portez cette année encore au Bac Tricot ! Vous pouvez suivre l’avancée des bacheliers et bachelières ici sur Ravelry, y a du niveau !  Et cette année c’est génial puisque nous avons quelques sponsors de choix qui vont gâter les élèves à mention, je vous ferai un post spécial pour tous bien les présenter mais je peux vous dire que ça va être le Bac et Noël à la fois !

Je poste assez peu de tricot mais ce n’est pas pour ça que je ne tricote pas (loooooooin de là). Comme je vous le disais déjà la dernière fois je prépare des choses qui verront le jour un peu plus tard ! Des choses avec des marques de laine qu’on aime, des choses dans des ouvrages de copines, des choses de rentrée… mais entre temps quelques patrons continueront à paraitre, notamment le Finn, le fameux gilet vert à torsades qui nous créent bien du soucis aux testeuses et à moi (de sombres histoires de diminutions dans l’astrakan), les chaussettes du mois d’Avril qui sortiront en juin et un beau gilet en Coquette, une version revisitée d’Henriette un de mes anciens modèles et celui-ci je suis sûre qu’il va vous plaire ! Ce sera un peu plus calme pendant l’été mais à la rentrée ça va être la fête !

Je vous laisse ici pour aujourd’hui et je vous dis à très bientôt !

Publicités

Le bac option tricot 2018, c’est parti !

Bonjour à tous !

Cette année encore, le ministère vous convoque et vous invite à passer ou repasser votre baccalauréat option tricot !

Inscrivez vous dans la ou les matières de votre choix et tentez de décrocher mentions et récompenses en tricotant votre projet avant le rendu des copies le 6 juillet. Ca se passe ici ! 

Il y a les traditionnelles épreuves de philo, littérature, histoire, géo, sport, maths, arts plastiques, plus cette année 2 nouvelles matières : éco gestion si vous destashez (c’est à dire si votre projet est fait de restes d’anciens projets) et musique si vous tricotez pour votre rock star préférée !
Chaque copie rendue donne droit à un de mes patrons, et les mentions seront distribuées pour chaque matière et donneront droit à de petits cadeaux surprise !

Cette année, si vous voulez être un sponsor officiel de l’évènement c’est possible, écrivez moi un mail 🙂

Et pour ma part, vous trouverez toutes les infos sur le topic Ravelry mais je propose une bourse d’étude sous forme de code promo aux valeureux candidats, allez voir !

Bonne chance à vous !

 

 

Vive Avril !

Bonjour !

C’est le grand jour, aujourd’hui sort le patron et les kits du pull Avril ! Souvenez vous, c’est le pull en Kid Mohair (de La Droguerie bien sûr) qui se tricote en un weekend, et on a prévu une superbe gamme colorée ! Le modèle c’est du simplissime qui se tricote en bottom-up, encolure ronde, pas de coutures évidemment. Pour les kits patron + fil, ça se passe ici, pour le patron seul c’est !

Vous pouvez aussi trouver dorénavant le patron seul de la Caplet Pauline, réalisée avec les superbes laines de Lain’amourée, sur Ravelry ICI ! Mais les kits restent disponibles sur son site ici bien sûr !

Vous noterez peut être comme on a de belles photos ! On a décidé de faire un changement printanier, et de re photographier les modèles dans des lieux chouettes. Et comme je suis sentimentale designer, je choisis bien sûr des lieux pas trop éloignés de mon petit monde du tricot, et peut être que sur cette première série vous reconnaitrez l‘hôtel Grand Amour, et peut être que vous y avez déjà participé aux goûters tricots des Tricoteurs Volants, et peut être même que vous y avez croisé Mélanie, qui chapeaute l’hôtel et qui a bien voulu poser sur certaines photos, et qui bien entendu est une grande tricoteuse. Les photos sont du duo de choc Amandine Delaunay que je ne vous présente plus et Arnaud Boutin (je ne travaille qu’avec des photographes tricoteurs) et on a hâte de continuer nos séances dans de nouveaux lieux !

La rubrique jeu du samedi maintenant ! Samedi dernier c’était super facile, je fabriquais un bloqueur à chaussettes avec un cintre de pressing, et je crois que vous avez aimé l’idée. Ce n’est pas une de mes idées géniales, je me suis aidée de ce tuto en anglais, et je suis assez contente du résultat, ça fait bien le job et c’est rigolo.

Ps : sur le bloqueur, une des chaussettes du mois d’Avril, tuto à venir avant la fin du mois.

Et ce samedi, je vous avais proposé une image issue d’un livre très rigolo qui s’appelle « Contes de Fesses », de Benjamino Caldo (aka Benjamin Chaud) parce qu’évidemment je tique dès que je vois une image de tricot ! Et j’en ai profité pour tester vos connaissances en matière de tricot et vie de couple, puisqu’il s’agissait de trouver le terrible et redouté phénomène du Sweater Curse… La légende, présente dans plusieurs pays, raconte que tricoter un pull pour sa compagne / son compagnon avant le mariage précipite la fin de la relation. C’est pris très au sérieux par des tas de tricoteurs, ça a même sa page Wikipédia, et il y a des études sur le sujet. Est-ce que ce serait car tricoter un pull fait montre de trop d’investissement dans la relation et fait fuir l’autre ? Est-ce qu’au contraire le travail fourni serait sous évalué par le destinataire du tricot et que ça vexerait le tricoteur ? Est-ce que la relation n’aurait de toute façon pas duré le temps que prend de tricoter un pull ? Est-ce que le destinataire n’aime pas tant que ça le pull et n’ose pas le dire et du coup ça crée un truc bizarre ? Vous pouvez témoigner en commentaire, ça m’intéresse !

J’ai une petite question avant de vous laisser, est-ce que ça vous intéresserait une rubrique tests et comparatifs de matériel de tricot ? On me demande souvent quel kit d’aiguilles acheter, quel matériel j’utilise … il n’y a bien sûr pas de réponse universelle à ça mais justement si je faisais des reviews, vous pourriez peut être trouver les infos pour vous aider à choisir ?

Je vous souhaite une bonne semaine !

 

 

Les patrons du printemps !

Bonjour !

Je ne suis pas très bavarde ces derniers temps, mais j’avance dans mon coin, à mon rythme ! J’ai été accaparée par quelques projets secrets mais aussi par quelques soucis de santé qui rentrent dans l’ordre tout doucement.

En tous cas je suis très très heureuse de vous annoncer la sortie du Cardigan Mary que je ne quitte plus depuis qu’il est tombé de mes aiguilles. J’adore travailler la Shetland de Sandra, je la voudrais bien dans tous les coloris ! C’est un cardigan tricoté en bottom-up, sans coutures, en 4,5 mm ce qui en fait un projet assez rapide à achever.
Le patron est disponible sur Ravelry que j’essaye d’exploiter de plus en plus. Après quelques difficultés à rentrer dedans, je commence à vraiment en voir les avantages, je vous en parle un peu plus bas. Si ça vous tente de vous lancer, on organise un Kal, ça se passe sur ce topic et sur IG avec le hashtag #kalmarycardigan! Venez nombreux, on a hâte de voir vos nopes, et il y a de super lots à gagner !

Le cardigan est également disponible en kit chez L’Echappée Laine !

Je n’avais pas fait de post ici lors de sa sortie, mais je sais que vous ne l’avez pas manquée puisque vous lui avez réservé un accueil chaleureux sur IG. J’ai eu le plaisir de découvrir les doux fils de Lain’amourée qui m’ont inspiré la caplet Pauline ! Avec juste 2 écheveaux de 200m de DK on peut faire cette petite merveille de douceur. On ne voit pas bien sur la photo mais le fil clair est légèrement pailleté juste ce qu’il faut. Des kits sont disponibles sur le site de Lain’amourée ici !

Si vous n’osez pas vous lancer, il reste des places pour le cours de jacquard de demain :

Je vous parlais de Ravelry un peu plus haut. Je suis en train, comme tous les ans, de faire le ménage de printemps sur mon site, et c’est encore le bazar, tout n’y est pas ! Mon activité évolue chaque année de manière différente et je dois adapter mes outils, et la vente de patrons va changer. Dorénavant, quand vous allez cliquer sur un modèle de patron sur mon site, vous allez être redirigés sur Ravelry. Je vous rassure, il n’y a pas besoin d’être membre pour commander. J’ai pris cette décision pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Ravelry permet un concentré d’infos sur les modèles beaucoup plus important que mon site : on peut y voir les projets tricotés par les autres, les FAQ sur le modèle, des suggestions de fils à tricoter différents … Je peux aussi envoyer à tous les acheteurs passés des updates des patron. C’est un vrai plus pour vous, vous y trouverez des réponses à vos questions sans avoir à attendre que je réponde à vos mails.
Via mon site, je reçois beaucoup de demandes suite à des soucis de téléchargement avec les patrons. Soit des liens expirés, ou de petits bugs. Ceci n’arrive pas avec Ravelry, le lien que vous recevez reste valable, et si vous êtes inscrits vous conservez les patrons dans votre bibliothèque. Ravelry offre aussi la possibilité de faire un programme de fidélité, quand vous achetez pour 30 euros dans ma boutique, un patron vous est offert ! Et pas besoin de les dépenser en une seule fois, l’offre est valable sur le long terme !
Sur le site la vente de kits, de livres, de sacs et de cours de tricot fonctionnera toujours comme avant !

Pour mes en-cours tricot, si je reste silencieuse ce n’est pas par désoeuvrement, c’est que mes aiguillent travaillent à des choses dont je ne peux pas forcément vous parler pour le moment. Ca fera plus de bonnes surprises pour la suite.
Je viens toutefois de me tricoter un tee-shirt en Bourette chinée de La Droguerie, leur fil recyclé super doux et écologique. J’ai fait un sondage sur Instagram pour savoir si je faisais manches longues ou manches courtes et je ne vous ai pas du tout écouté puisque vous avez voté manches longues mais qu’en bonne bourrique que je suis j’ai fait manches courtes en pensant à la jupe que j’adore avec laquelle je vais pouvoir porter ce tricot quand il fera chaud. Je me suis fait plaisir avec une construction que j’aime bien. J’ai commencé par les pattes d’épaules torsadées, puis j’ai relevé les mailles pour faire l’empiècement. Enfin j’ai tricoté les manches. J’avais conçu le Barry de la même manière j’avais eu beaucoup de plaisir à le tricoter. 
Pour info, ce fil est une tuerie de douceur sous les doigts, le métrage est super bon, le tricot peut être ample ET léger. C’est un fil recyclé comme je vous l’écrivais plus haut, réalisé à partir de récupération de textiles mis en bourre, assemblés par coloris (pas de teinture sur le fil final) et filés cardés. Je vous fais des photos portés très vite, je reste team shooting Shetland jusqu’à l’amélioration de la météo.

A très vite !

 

Quelques nouveautés !

Bonjour !

La semaine dernière je vous ai abandonnés, pour cause d’Aiguille en fête et de chute dans la glace. Tout rentre dans l’ordre, et je retrouve un emploi du temps à peu près normal.

Je ne vais pas être très bavarde aujourd’hui, j’ai plein de travail sur le feu ! Mais on va quand même regarder de plus près la réponse au jeu de samedi ! J’avais posté une image des mains, de la robe et du panier à tricot d’une vieille dame. Ce n’était pas celle ci, je vous en poste exprès une différente pour le plaisir :
Personnellement je suis complètement jalouse de leurs robes à fleurs, mais c’est un autre débat.
Cette dame, vous l’avez trouvé comme toujours vous êtes super balèzes, fait partie de la communauté des Shakers, une des branches assez extrême du protestantisme, dont les adeptes on tendance à s’agiter et être virulents quand il s’agit de faire du prosélytisme, d’où leur noms « shakers » qui veut dire en anglais « secoués » (comme le shaker à cocktail oui). Il ne reste plus aujourd’hui que très peu de membres vivants de cette communauté (le célibat imposé ça aide pas). Pourquoi est-ce que je voulais vous parler des Shakers : qui a fait un peu d’études de design a beaucoup de sympathie pour ces gens qui ont créé un style de mobilier épuré (oui la fanfreluche, c’est mal) et fonctionnel, il faut l’avouer plutôt magnifique et à peu près 200 ans en avance sur son temps (nous, les non Shakers, avons décrété il y a assez peu de temps que style = fonction, less is more, etc). Et bien évidemment le tricot était une pratique importante et intensive dans la vie des femmes Shakers, qui confectionnaient des vêtements mais aussi des couvertures et des dessus de chaises. Aujourd’hui elles sont équipées de machines à tricoter mais autrefois, et encore maintenant pour les finitions ça se passait à la main, et avec de toutes petites aiguilles genre 1, 1,5, 2 mm parce que la minutie et le dur labeur, c’était bien vu. Il fallait faire
son artisanat je cite : avec autant d’ambition que si on avait encore 150 ans à vivre, mais aussi intensément que si on allait mourir demain. En bonus je vous mets la photo d’un panier à tricot typique de l’artisanat Shaker. J’en veux un.

En parlant de dur labeur, j’ai posté hier le patron de mon écharpe Vanessa, que je n’ai pas tout à fait terminée mais comme on souhaite organiser un Kal Mosaïque avec les copines je vous mets le patron dès maintenant pour qu’on puisse tricoter ensemble. Si ça vous intéresse, l’idée du Kal c’est de tricoter un ou plusieurs projets en mosaïque donc, cette méthode de tricot bicolore super chouette à travailler. Le Kal durera toute l’année, c’est pas un concours de rapidité, c’est juste qu’après « 2017 année de la chaussette », vive « 2018 année de la mosaïque ». Si vous en êtes, je viens de faire un topic sur mon forum Ravelry ICI .

Click click pour aller sur la page du patron ! 

Sinon vous avez sûrement vu ça passer, mais avec La Droguerie on vous a préparé des kits pour tricoter Sophie B  avec plein de couleurs canon !

Et pour ceux ou celles qui hésitent à se lancer, j’ai tourné un cours pour apprendre à faire cette veste pas à pas. Ca se passe chez Artesane bien sûr, THE plateforme de cours vidéo et c’est ICI.

Hé au fait hey, les tricoteurs et les tricoteuses, avez-vous vu la collection de sweats de Bernie aka In the wool for love ici même ??? Ca se passe sur son site, profitez-en pour regarder son beau livre de tricots pour petits et ses bijoux de pull, et si vous rentrez le code SentimentalTricot vous bénéficiez de 10% de remise sur votre commande jusqu’à la fin du mois ! Et si vous n’êtes pas encore inscrits à ses Wool Stories du mercredi, c’est que vous n’aviez pas encore le lien pour le faire. Il est là : lien pour s’abonner
 

Je vous dis à très bientôt !

 

Reprise sérieuse du tricot

Bonjour !

J’espère que vous allez bien ! Je ne sais pas si vous aussi vous alternez des périodes où ça carbure et des périodes où rien n’avance, mais je suis redevenue assez productive niveau tricot depuis les fêtes et ça fait du bien.

J’ai toujours du retard sur des réponses au calendrier de l’Avent, je m’en occupe, promis, je m’en occupe !
La semaine dernière je vous ai posté cette photo en vous demandant la particularité du Gansey que porte ce monsieur qui par ailleurs se prénomme Jacob et est pêcheur de harengs :

Ce n’était pas facile, on ne voit pas beaucoup de pull sur la photo mais vous avez fini par trouver : ce pull est tricoté « sideways » c’est à dire ni de bas en haut ni en topdown. On commence par tricoter par le côté du pull, ce sont en fait des rangs endroit et envers (3 rang de mousse 2 rangs de jersey) qui donnent cet effet de côtes. On tricote 2 rectangles, un pour le devant un pour le dos, ils sont ensuite assemblés en laissant un trou pour la tête et 2 trous pour les bras, et les mailles sont relevées autour des emmanchures pour travailler les manches en rond. J’ai lu pas mal d’archives sur les Gansey et c’est le premier que je trouve construit comme ça.

J’ai terminé et publié le patron des chaussettes jaunes à troutrou, sous le nom des Chaussettes de Janvier. En 2016 je m’étais dit que je publierai un patron de chaussettes par mois, évidemment je n’ai pas pu faire 12 paires (en plus du reste) en une seule année mais j’ai déjà 6 mois de complétés !

J’ai aussi tricoté un cardigan en Shetland de l’Echappée Laine, et je me suis tellement régalée avec ce fil qu’en une semaine c’était plié ! Il est actuellement en train de sécher sur un manche à balai dans ma cuisine, attention photo coulisses plus bas.
Et la joie avec le Shetland c’est que quand on le tricote il est tout raide et j’aime bien ça – j’aime beaucoup aussi les laines douces, mais j’ai autant de plaisir à travailler des fils plus rustiques – et quand on le bloque il ressort tout souple et doux, les motifs se calent, il change complètement d’aspect. J’ai hâte de le porter. Vous êtes plusieurs à m’avoir demandé pourquoi le bloquer sur ce manche à balai, et c’est parce que je ne veux pas le mettre à plat et écraser les nopes. Et puis j’ai le rêve secret de posséder un « jumper board » (voir la photo en dessous) un jour pour faire sécher mes pulls comme dans les îles Shetland. J’en ai reçu de magnifiques miniatures pour mon anniversaire il faut vite que je tricote des mini pulls à mettre dessus, et un jour j’en aurai un taille adulte.

Expectations :
Reality :

Voilà pour les projets finis de la semaine, maintenant voyons les en-cours. J’ai retrouvé une demie chaussette en Shetland (décidément) abandonnée que je me suis empressée de mettre dans la « boîte à chaussettes en train » que j’ai reçue pour mon anniversaire : 
Vous connaissez cet objet magnifique ? L’idée quand j’ai commencé à tricoter ces chaussettes il y a des mois c’était de faire un modèle à porter avec un kilt sur demande d’Enrico. Je vais donc la reprendre gentiment et avancer !
J’ai également ressorti ma marée de mosaïque :

J’avais commencé cette écharpe pendant les vacances de Toussaint et puis par la force des choses, de Noël et des salons je l’ai remisée dans le panier. Ya plus qu’à comme on dit. Je proposais en story l’autre jour de faire un KAL Mosaïque, est-ce que ça vous tenterait que j’organise ça ? Je ne pense pas mettre de délai, ça peut être un projet sur l’année à faire petit à petit. Si ça vous dit, je fais un topic sur ma page Ravelry !

Pour les actualités, je ne participerai pas à AEF cette année mais vous pourrez me voir traîner dans les allées certains jours. Je vais pouvoir aller embêter les copains et les copines qui ont leur stand et leur apporter du thé et des gâteaux.

A très bientôt !

Shetland Fever

Bonjour !

Voilà bien 3 semaines que je n’ai pas écrit ici, j’ai eu l’idée folle de prendre des vacances pour les fêtes. Enfin quand je dis vacances je veux dire m’enfermer pour avancer mon tricot en retard, ayant été très ralentie par l’organisation pré et post CSF.

Je vais essayer de rattraper petit à petit les réponses au calendrier de l’Avent mais tout d’abord je voudrais vous remercier très fort d’avoir joué le jeu aussi nombreux. C’était vraiment super de mon côté de l’Instagram et je suis comme toujours impressionnée par votre culture et votre capacité à chercher et trouver les solutions à mes problèmes tordus. Là, pour aujourd’hui je vais me contenter de vous parler du jeu de samedi dernier, parce qu’en prenant mes vacances j’ai aussi pris du retard dans plein de choses (comme la rédaction des patrons, l’administratif et les mails) mais quand tout redeviendra plus calme je vous promets que je vous ferai le dernier tiers manquant des réponses.

Samedi je vous ai donc posté la photo de cet homme :

Ce n’était pas cette image là et j’avais tronqué son visage parce que je vous connais, vous êtes beaucoup trop malins et faites des recherches Google image. Ce monsieur c’est Oliver Henry, responsable de la sélection et de la gradation de la laine chez Jamieson (le fameux shetland). C’est un « classeur », c’est à dire qu’en un coup d’oeil il sait juger de la qualité du poil et éliminer tout ce qui n’est pas la fibre fine. On lui met tout le résultat de la tonte sur la table et zou il fait son truc et on se rend pas compte mais c’est un savoir faire extrêmement précieux et rare. Déjà lui il s’en sort avec la soixantaine sous catégories de moutons Shetland, classés et nommés selon la couleur de leur pelage.
Tant qu’on est ici, un peu d’histoire sur la laine Sheltand : ce sont les scandinaves (les iles Shetland étaient norvégiennes avant de devenir écossaises en 1472) qui ont introduit leurs moutons sur les îles au moyen âge, qui pendant quelques siècles ont fricoté avec les races locales ce qui a donné une fibre chaude et robuste. Quand le commerce maritime s’est développé par la suite notamment via la fameuse pêche aux harengs, (ma passion cachée, j’ai une collection secrète de photos de pêcheurs de harengs si quelqu’un en a un vrai à me présenter je suis super partante), la laine a voyagé en Europe et a acquis sa réputation.
Jusque dans les années 70, pêche et élevage étaient la principale source de revenus sur les îles puis l’exploitation du pétrole local a pris le relai, piquant la main d’oeuvre aux fermes locales. Beaucoup de petits élevages ont ainsi cessé leur activité mais malgré tout le boum économique que ça a créé dans la région a été bénéfique pour l’industrie lainière qui a pu se developper dans des structures plus grandes tout en conservant un savoir faire traditionnel. Aujourd’hui ça évolue encore dans le bon sens car les acteurs de l’industrie du Sheltand sont en train de prendre le train de la modernité en essayant grâce à des technologies de recyclage très poussées de produire des laines à l’impact quasiment nul sur l’environnement et moi je trouve ça super chouette les gens qui savent faire vivre une tradition ancestrale tout en investissant pour l’avenir.

Je vais quand même vous parler de mes avancées en tricot, ça fait longtemps que cette partie était brève dans les articles !

J’ai enfin fini la chose verte ! Tout arrive ! La pauvre a été délaissée un moment pour cause de cerveau cuit par CSF, puis elle a été finie une première fois puis détractée jusqu’aux dessous de bras parce que je n’étais pas satisfaite, et donc pendant les vacances je me suis sorti les doigts des poches et j’ai pris 3 jours pour elle et depuis je ne la quitte plus. Merci pour toutes vos propositions de noms, elle va s’appeler Fin comme Fin Macleod le héros qui me manque depuis que j’ai fini la trilogie de Peter May, je crois que je ne suis pas la seule ici a avoir dévoré ses aventures. Le knit test va bientôt démarrer, je cherche d’ailleurs encore une personne pour la taille L (qui correspond à un 42) si jamais l’une d’entre vous me lit, hop un petit mail 🙂 Attention photo pin-up :

J’ai aussi fait une participation express au Kal d’Emilie et Paule sur les chaussettes du réveillon, ayant reçu peu de temps avant une somptueuse laine auto-rayante Studio Meez

Je n’ai pas suivi de patron, je les ai tricotées en toe-up, avec 56 mailles et des talons en rangs raccourcis. Vue la beauté de la laine pas besoin de chercher plus loin, j’ai juste fait les orteils, le bord côtes et le talon avec un reste d’Uncommon Thread grise. Je les ai tricotées en magic-loop (oui oui) qui me fait tricoter plus serré, je suis donc passée de mon habituel 2,25 mm à 2,75mm, je me sens beaucoup plus confortable. Je pense que c’est pour ça que je bloque sur mes chaussettes en train orange, j’adore le fil, j’adore la couleur mais je ne suis pas dans le truc, ça tire et ça serre. Je pense les défaire et les recommencer en 2,75, c’est toujours travailler comme on dit.

(je suis un peu obsédée du orange je vous préviens)

J’avais commencé après Noel une Sophie B couleur Grenadine (dans un mélange dont je vous parlerai bientôt) en vue du tournage d’un cours Artesane que nous avons fait mardi et qui sortira pour AEF si je ne dis pas de bêtises. J’ai fait la moitié du tricot en 2 jours et je me suis retrouvée au chômage technique pour manque de laine, j’ai donc décidé de me faire plaiz entre deux avec la kid Mohair sur laquelle je louche depuis des mois à chaque fois que je passe à la Droguerie, l’écheveau de présentation ressemble à une queue de renard qui pend dans la boutique et je la trouve sublime. Je me suis donc fait un pull express en attendant mon réassort de Sophie B :

Obsédée du orange j’ai dit

Il est vraiment tout bête, il consomme peu de fil, j’écris le patron très vite.

J’ai reçu quelques magnifiques cadeaux de Noel-anniversaire rapportés de la Maison Tricotée (à Montréal, que des laines et accessoires superbes, vous pourrez les rencontrer à AEF ils participent) donc un écheveau de Riverside à chaussette jaune qui met le soleil dans ton coeur, alors hop j’ai des chaussettes jaunes en train. 
Je les tricote 2 à la fois, en 2,75 et c’est quand même pratique même si je ne trouve pas que ça fasse gagner de temps et que mes préférées resteront toujours les double pointe.

Et puis j’ai reçu mon colis de secours pour la Sophie B et je l’ai finie !

Je vous prie de m’excuser de vous ressortir les mêmes images que sur Instagram, j’essaye de varier d’ordinaire mais je n’ai pas tout ce qu’il me faudrait sous la main.

Et là je m’apprête à attaquer le cardigan des retrouvailles avec la Shetland de l’Echappée Laine !
Je suis bien contente, j’avais tricoté le Wide Forest Sweater avec, ça fait un bail. Je vous laisse deviner la couleur que j’ai choisie … indice : je suis full dans le thème du jour.

Sinon pour les actualités, il reste 1 place pour le cours de torsades et points qui font peur du 27 ! Venez, c’est au Walrus c’est un des meilleurs cafés de Paris, la musique est bonne, on peut aussi acheter des disques, y a des gâteaux maison et les maîtres des lieux sont des tricoteuses. 

Et ça ne vous aura pas échappé mais il y a des soldes sur le site !

A la semaine prochaine et tricotez bien !